Avec Sir Robert Peel, finalement davantage industriel que propriétaire terrien, on passe de l’Angleterre de Jane Austen à celle de Charles Dickens, autrement dit de la vieille et joyeuse Angleterre à l’Angleterre victorienne. Méconnu en France, Robert Peel, une individualité exceptionnelle qui pesa sur les destinées de son pays. 2 fois Premier Ministre, en 1834-1835 et en 1841-1846, Peel fut le fossoyeur du premier parti conservateur et l’un des artisans de l’émancipation catholique. Il fut aussi le créateur de la première police moderne, l’homme de l’impôt sur le revenu et du libre-échange, le pivot de toutes les grandes combinaisons et opérations intérieures et extérieures, de 1829 à sa mort en 1850. Comme ses contemporains, Peel a éprouvé la sensation de vivre la fin d’un monde, la ruine de valeurs morales et religieuses que sa formation lui rendait particulièrement chères et précieuses pour l’ordre social.

X